Association de prévention et d'accompagnement du burnout, syndrome d'épuisement professionnel, basée à Lyon

Burnout : le reconnaître, le comprendre, le surmonter… et rebondir

 

L’association ABEILLE ALLIANCE, a été créée à Lyon pour répondre à un besoin croissant de soins complémentaires du traitement du burnout (ou burn out, burn-out), syndrome de l’épuisement professionnel. En effet, le burnout se développe de manière épidémique dans nos sociétés hyperactives où la notion de rendement s’insinue dans toutes les strates de l’entreprise et de la société.

Le burnout ou syndrome d’épuisement professionnel touche ainsi de plus en plus de personnes à tous les niveaux hiérarchiques.

  • Selon certaines études épidémiologiques, plus de 3 millions de travailleurs, soit plus de 12% de la population active française seraient exposés à un risque élevé de burn out. Cette explosion, de l’ordre de 500 000 cas par an, inquiète les médecins du travail. Le burn out conduit très souvent les individus les plus enthousiastes à l’isolement, au repli sur soi et à une profonde crise existentielle.
  • Le suivi médical classique ne suffit pas à enrayer durablement cette épidémie.
  • Il y a peu de propositions de séjours de  courte durée, spécifiques au burnout, et avec une approche globale.

     

 

Basée à Lyon, ABEILLE ALLIANCE propose à ses adhérents d’aborder tous les aspects du burn out (burnout, burn-out) :

  • Comprendre et identifier les mécanismes du stress et du burnout,
  • Prévenir le burnout, entre autre par la mise en place d’une stratégie opérationnelle de changement,
  • Être accompagné(e) grâce à des outils et des techniques de mieux-être pour se recentrer, prendre du recul, apprendre à s’exprimer et identifier ses besoins.

Cette méthode est destinée aux salariés des entreprises ou aux particuliers désirant expérimenter une prise en charge globale du burnout ; elle concerne également les responsables d’entreprises qui, soucieux du bien-être de leurs employés (et particulièrement ceux potentiellement à risque), souhaitent améliorer les conditions et les relations au travail, et réduire ainsi l’absentéisme.

La démarche peut s’inscrire dans le cadre de la prévention des risques psychosociaux (RPS), lorsque les personnes sont repérées à risque, ou dans un but curatif lorsque les personnes sont déjà en arrêt de travail, en complément de leurs soins habituels, dans le but de leur faciliter le retour au travail.

 

« Chez une victime du burnout, la probabilité de rebondir est indexée au degré de sécurisation que produisent famille, amis, collègues, pouvoirs publics, histoire et culture personnelles. […]
Le tranquillisant le plus efficace n’est pas le médicament chimique ; c’est l’autre – le parent, le conjoint, le camarade – et particulièrement la confiance qu’ensemble ils ont tissée et qui donne toute sa force. »

Boris Cyrulnik

Psychiatre et neurologue - Photo ©ActuaLitté